« Très cher cinéma français » de Eric Neuhoff

« Très cher cinéma français » de Eric Neuhoff

Curieuse de lire les livres couronnés de prix littéraires pour connaître le mouvement de la littérature ou bien seulement une mode, je me suis intéressée au Prix Renaudot essai.

 Et je suis sidérée par ce pamphlet culotté d’un journaliste critique  de cinéma. Mais c’est vrai que ce prix a été créé par des journalistes.

L’auteur a semble-t-il une chronique régulière dans le Figaro ; c’est comme si ce n’était pas suffisant pour exprimer sa déception de cinéphile, comme s’il n’en pouvait plus de faire semblant. Il n’en peut plus de se retenir, de se résigner à commenter les mêles fadaises, ou bien malgré ses critiques que le cinéma continue à produire des films qi ne font plus rêver, avec des acteurs qui ne savent plus jouer. 

En tout cas, il met sur papier ce que le public pense parfois, et peut-être de plus en plus souvent,

En effet, qui n’a pas éprouvé une déception en sortant d’une séance alors que le film était accompagné de commentaires enthousiastes ?

Financement quasi-automatique et remboursement des frais de tournage avant la projection permet à qui veut de faire un film. Ainsi prolifèrent des réalisateurs sans talent, se contenant d’une posture, tapant dans le sociétal qui permettra quelques débats en région en avant-première. Ou les réalisateurs de comédie, conforté par un premier succès de sortir un n°2 puis un n°3. Il semble que malgré des scénarios maladroits ou même indigents, le public ne se lasse pas. Sans doute s’est-il résigné. Il en épargne qu’un, Arnaud Desplechin.

Pourtant, cette critique sévère trouve un écho en moi. Mais n’est-il pas trop sévère. Surgira sans doute un jour de cette pléthore de production quelques pépites.

L’auteur parle très durement des acteurs ou plutôt des actrices. L’auteur pense qu’il n’en peut plus de voir certaines actrices enfiler les rôles les uns après les autres.

Il est impitoyables avec Isabelle Huppert, a des sanglots dans ses mots en faisant l’éloge de Mireille Darc et beaucoup de regret pour la trop longue absence d’Isabelle Adjani. Il épargne davantage les acteurs.

Il dénonce des acteurs qui articulent mal, et globalement de la qualité médiocre du son, j’ajouterai la négligence de la lumière car on abuse de l’obscur à mon sens. Serait-ce par nécessité faute de moyens, ou par conviction, par souci de réalisme ?

Le rêve et l’imagination ont quitté l’écran pour les sujets de société. Les acteurs ressemblent aux gens de la rue, s’installent dans des rôles victimaires ou de sauveur social, et dans la vie, ils deviennent militants,

La beauté aussi a déserté le cinéma, même l’intime comme les scènes d’amour qui promettent un moment d’érotisme s’accompagnent de détails incongrus de bruits de succion, de déglutition qui chassent le fantasme.

La cha rge est rude mais libératrice car le silence n’a que trop duré.

Il affirme même que toutes ces facilités de financement nuisent à l’apparition des talents et même qu’il surgit plus souvent lorsqu’il faut franchir des obstacles.

Même si je pense que des nouveaux talents peuvent surgir aujourd’hui, je peux être tentée par la nostalgie de l’auteur, des vrais rôles, des vrais acteurs, les durs, des vrais actrices, les garces. L’époque des stars, en fait, des divas. Mais l’époque se reflète sur les écrans et on voit que l’époque a changé. On est à la recherche de nos nouveaux héros. je préfère penser qu’on est peut-être dans un processus qui nous mènera vers de nouveaux personnages encore dans leur cocon de chrysalide.

« Les chefs-d’œuvre pleuvaient, écrit-il. Cela n’arrêtait pas. Le cinéma était notre homme. Pas une semaine ne s’écoulait sans qu’un grand film envahisse les écrans. » 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s