« La tristesse des éléphants » Jodi PICOULT

C’est un livre qui m’a passionnée, agréable à lire, bien documenté surtout sur les éléphants, -j’ai vérifié sur Wikipedia- mais aussi sur la voyance, la télé-réalité et ses excès aux Etats-Unis. Ainsi que sur la psychologie, l’amour maternel, le chagrin, le deuil avec des parallèles qu’on aime faire entre l’attitude d’un animal inteligent et un humain. Le cimetière des éléphants est-il un mythe, la mémoire des éléphants est-elle réelle et le chagrin peut-il aller jusqu’au crime ?

Les personnages sont très bien campés :

  • Jenna adolescente en quête de sa mère est très émouvante par ses interrogations, ses émotions, sa détermination, ses tiraillements entre une mère disparue, un père fou et une grand-mère distante ;
  • Alice scientifique spécialisée dans l’observation des éléphants : tout ce qui est dit sur les éléphants passe par elle et cela donne une légitimité scientifique au discours militant. Les développements sur la émoire des éléphants, la tristesse, le deuil et les rituels sont passionnants meme s’ils sont parfois longs. Mère de Jenna qui la recherche.
  • Serenity la medium : personnage très intéressant que l’on connait à un moment de sa vie pas très glorieux. Elle raconte ses excès, ses erreurs et ses trucs pour continuer son ‘art’ en leurrant ses clients. L’auteure ainsi fait taire nos critiques en nous donnant raison. On regarde alors d’un autre œil ses succès en les considérant de manière plus attentive. Alors qu’elle dit ne plus travailler sur les cas d’enfants et de disparitions, elle cède à la demande de Jenna.
  • Thomas: Personnage type du scientifique obsédé par ses recherche, momentanément distrait de ses obsessions par l’amour mais qui y retourne rapidement. Ayant créé un refuge pour les éléphants, il cherche en les observant un remède au stress post-traumatique dont on parle beaucoup pour ce qui concerne les soldats mais qui peut s’appliquer à tous les traumatismes de la vie. Ses troubles psychiatriques le poussent à croire que sa femme veut lui voler ses notes de recherches. Il cherche un remède chimique pour effacer le trauma de la mémoie alors que la démarche d’Alice est la prise en charge psychologique, le respect d’un processus de chagrin, de deuil, de rituels.
  • Virgile policier/détective lui aussi est un personnage typique de sa catégorie. Ce policier culpabilise car il a mal dirigé une enquête concernant la mère de Jenna. Suicidaire, il disparait peu après la clôture de cette enquête. On le retrouve dans un personnage lui aussi très typé, détective alcoolique et plein de remords cédant à la demande de Jenna.

Trois personnages périphériques rouages essentiels du drame :

  • Gidéon, employé de la réserve, devenu l’amant d’Alice quand Thomas s’éloigne d’elle et présente les premiers troubles psychiatriques ;
  • Grace: femme de Gidéon, stérile et dépressive, elle se suicide quand elle apprend la trahison de son mar
  • Nevvie: mère de Grace aveuglée par le chagrin, et le désir de vengeance.

Ces thèmes sont abordés à chaque fois par le personnage spécialiste ce qui conforte la légitimité de son discours aux yeux du lecteur.

Tout ce qui concerne les éléphants est très documenté, et certaines pages sont très émouvantes. En ce qui concerne la voyance l’auteure est habile et nous présente une médium qui a échoué et nous donnant ses trucs, faisant ainsi taire notre scepticisme. Il y a aussi une séquence à travers le personnage du père malade psychiatrique qui m’a fait penser à un mathématicien NASH qui a malgré sa schizophrénie avec des crises graves, a réussi à faire des découvertes puisqu’il a eu un prix Nobel. J’attendais un peu plus du personnage de Tomas Matcalf et qu’il aboutisse malgré tout à une découverte applicable au stresse post traumatique. Tout cela est très habile, très bien construit.

Ce livre a aussi un rôle militant et l’auteure a réussi car je pensais bien que le cirque avec des animaux était un peu dépassé mais que l’évolution allait se faire toute seule. Mais j’ai réalisé qu’il y avait urgence. Mais tout n’est pas idéal dans les réserves car la cohabitation est parfois difficile avec la population. La façon de limiter le nombre des éléphants notamment dans les pays d’Afrique est brutale et les éléphanteaux orphelins en gardent le traumatisme. Mais ensuite les orphelinats semblent être une attraction touristique.

Il y a de très belles pages sur les émotions présumées des éléphants. Il y a aussi de très beaux moments dans cette quête de Jenna pour retrouver sa mère, ses interrogations, ses doutes. En effet les problèmes psychologiques sont souvent reliés au sentiment d’abandon né dans l’enfance et répété dans la vie d’adulte.

Le dénouement est très habile, mais impossible à commenter. Il est en effet surprenant mais surtout bouleversant. On essaie ensuite de retrouver les indices qui auraient pu nous mettre sur la voie. Et cette éventuelle deuxième lecture peut elle aussi être passionnante

Un livre très plaisant, parfait dans son genre par sa construction, et qui par son intrigue complexe mais originale, et surtout ses thèmes sensibles universeils abordés, continue longtemps de nous occuper l’esprit..